Rentrée scolaire, rentrée paroissiale, reprise du travail pour ceux qui ont pu profiter des mois d’été pour prendre un peu de repos… nous abordons souvent le mois de septembre avec des sentiments assez divers, qui vont de la joie de « rattaquer » au manque de motivation réel.
Cette situation a aussi une dimension spirituelle, à plusieurs niveaux. Nous pouvons prier pour demander à Dieu de bénir cette année qui s’ouvre, lui confier nos joies ou nos angoisses. Nous pouvons aussi essayer de lui donner plus de place dans notre vie.
En effet, nous prenons souvent nos bonnes résolutions au premier janvier, mais le moment idéal pour le faire est souvent … le premier septembre ! Car il s’agit de redémarrer, et de bien redémarrer.
Dans cette idée de prendre en un sens un « nouveau départ », nous pouvons réfléchir à notre manière de vivre avec Dieu. Souvent, nous cloisonnons notre vie entre les temps dits « spirituels », c’est-à-dire notre prière du matin ou du soir, notre présence à la messe ; et le reste du temps, ou l’on vit souvent un peu déconnecté de Dieu.
Notre but comme chrétien est en fait de rester unis à Dieu au long de nos journées. Comment y arriver ? Bien sûr il faut des temps forts, où l’on prend vraiment le temps de la prière. Si Dieu est important, c’est normal de lui consacrer de notre temps, sans partage. Mais ces temps de prière, surtout le matin, doivent continuer intérieurement, dans notre manière de « causer au bon Dieu » au long de nos journées. En le remerciant de ce qui est beau, en lui demandant son aide pour ce qui est dur, en s’appuyant
sur lui pour tenir dans la difficulté. En lui confiant les personnes que nous rencontrons, celles que nous aimons, et surtout celles que nous avons du mal à aimer. Et nous découvrirons alors, émerveillés, que si nous oublions parfois Dieu, lui reste sans cesse à nos côtés.

don ERWAN