S’abonner à la newsletter

Restez informé en recevant les lettres mensuelles de l’Église catholique du diocèse de Châlons.

En validant votre inscription, vous acceptez que le Diocèse de Châlons mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer mensuellement sa lettre d’informations.

Le magazine des catholiques du diocèse de Châlons

Édito de Mgr Touvet – Mars 2020

Élections et communion

Dans nos villages, nous avons tous entendu un jour ou l’autre raconter des histoires clochemerles, des contentieux parfois très anciens entre familles voisines au sujet d’une parcelle ou d’un mur mitoyen. Souvent des situations tellement tendues que la réconciliation semble impossible.

Ce mois de mars, auront lieu les élections municipales. Si nous nous réjouissons tous du processus démocratique qui permet aux citoyens d’élire leurs représentants, nous savons aussi que cette période peut engendrer des tensions supplémentaires et creuser de nouveaux fossés d’incompréhension. Nous chrétiens devons être particulièrement attentifs et vigilants. Parmi nous, l’un s’engagera sur une liste et le voisin sur une autre. Les débats et combats électoraux ne doivent pas se transformer en pugilats et anathèmes. Surtout quand on se retrouve ensuite à la messe le Dimanche : d’aucuns en viennent à refuser le geste de paix et à aller communier allègrement au même pain que leur « ennemi » politique !

L’engagement dans la cité est une forme d’expression du chrétien. Mis à part les énoncés fondamentaux du Credo et les grands repères non négociables de la morale chrétienne, la diversité des idées et des opinions est légitime. Ministre de l’unité et de la communion, j’invite et exhorte chacun à la charité, afin que les élections ne détruisent pas la communion. « Amour et vérité se rencontrent. Justice et paix s’embrassent » (Psaume 84,11)

+ François TOUVET

Évêque de Châlons

Infos locales

Nouvelles de l’immobilier diocésain

Pour adapter les moyens matériels aux capacités réelles du diocèse pour la Mission, quelques transactions sont en cours. Chaque fois, l’évêque a entendu les instances paroissiales, la Commission « Immobilier», le Conseil Diocésain pour les Affaires Économiques, et le collège des consulteurs, conformément au Droit canonique. Les délibérations ont été votées par le CA de l’Association Diocésaine.

Vitry-le-François « maison de doyenné » : compromis de vente signé. Le produit servira pour l’église Rome St Charles (toiture et salles) et à la rénovation du presbytère.

Épernay « immeuble de la place de Voguë » : compromis de vente signé. Fin 2020, les sœurs Amantes de la Croix s’installeront dans le presbytère de Magenta. Le hall d’accueil de l’église St Vincent sera modernisé.

L’immeuble de l’école de l’Immaculée Conception (Vitry-le-François) a été vendu par l’Association Immobilière de la Marne (AIM). Le produit servira aux travaux dans les écoles catholiques du diocèse.

Le budget du diocèse

Pour 2019 le denier enregistre une chute de 12% de son montant à près de 950 k€ avec 4000 donateurs (-10%). Plus que jamais, il est important que chacun parle du denier à son voisin. Le don au denier reste un geste de foi et d’appartenance à l’Église du Christ. Rappelons que l’église vit à 100% des dons, et que denier, casuel et quêtes représentent 66% des produits.

Aussi, poursuivons-nous maintenant depuis 3 ans un effort constant de réduction du déficit du résultat de fonctionnement par la baisse des charges (-400 k€ de 2016 à 2018) : personnel, énergie, assurances, consommables… mais un retour à l’équilibre ne pourra aussi se faire qu’avec un développement de nos ressources.

L’effort se doit d’être compris et partagé.

Campagne de Carême CCFD-Terre solidaire

Elle gravitera cette année autour de l’écologie intégrale et de la transition écologique et sociale. Mandaté par la Conférence des Évêques de France pour sensibiliser le plus grand nombre à la solidarité internationale, le mouvement propose des pistes d’animation et de réflexion et « invite les catholiques, par leur engagement, leur prière, ou un don, à contribuer au « Temps des solutions », et à promouvoir une transition écologique et sociale ». Plusieurs partenaires reçus dans les différents diocèses viendront témoigner des actions menées dans leur pays et renforcer l’appel au partage en appelant à faire un don pour le CCFD-Terre Solidaire.

Visite ad limina

Les évêques de France se rendent à Rome ce mois-ci, en trois groupes successifs. Ceux de la province de Reims y seront du 15 au 21 mars avec ceux des provinces de Paris, Lille, Besançon, Dijon, des diocèses concordataires de Strasbourg et Metz, l’évêque aux Armées et les éparques orientaux. Ils rencontreront le Pape François le lundi 16 mars.

Au cours de la semaine, ils feront le pèlerinage sur la tombe des Apôtres et célébreront la messe dans les basiliques romaines. Ils seront reçus à l’Ambassade de France et rencontreront les responsables des différents Dicastères. Notre évêque prononcera l’adresse au Cardinal Sarah au début de la rencontre de travail sur la liturgie le 17 mars.

Infos nationales

Chère Amazonie – Exhortation apostolique post-synodale

Publiée le 12 février dernier, « Querida Amazonia », la nouvelle exhortation apostolique post synodale du pape François est, d’après Nathalie Becquart (xavière, consultrice pour le secrétariat général du Synode des Évêques) un texte « fort et audacieux dont le sujet premier n’est pas intra-ecclésial mais global car il touche à l’urgence de sauver l’Amazonie pour sauver la planète et ses habitants ». Elle propose quelques clés de lecture pour nous aider à l’aborder. Extraits.

Une exhortation qui s’adresse à tous

Si elle se tourne particulièrement vers ceux qui vivent en Amazonie, elle s’adresse en fait à nous tous comme cela est exprimé dans son titre : « Exhortation apostolique post-synodale, au peuple de Dieu et à toutes les personnes de bonne volonté ». Cette exhortation est à lire avec ce regard très large tourné vers toute l’humanité et plus encore vers l’ensemble du cosmos, en sortant d’une focalisation réductrice sur des questions ecclésiales auto-centrées. Elle aborde avant tout le présent et l’avenir de notre planète en cherchant quelle forme et visage d’Église peut être au service de cet enjeu majeur qui est d’abord, comme l’indique l’ordre des chapitres, social, culturel et écologique.

Un texte qui prend la forme d’une « lettre d’amour »

Le texte donne une large place au style poétique en citant régulièrement de grands poètes d’Amérique Latine. L’expression « querida » est difficilement traduisible en français car ce mot dit plus que « cher ». « Il exprime l’amour, la tendresse, la connaissance, l’engagement, les soins, la protection, la passion, l’affection en abondance ». Cela dit beaucoup d’une manière de se situer en relation, en résonance avec une approche pastorale centrée sur la miséricorde, la proximité, l’amitié.

Un texte engagé qui relie profondément la dimension sociale et la dimension spirituelle

Dans une perspective globale qui articule différents regards sur l’Amazonie (scientifique, historique, social, culturel, écologique, pastoraln spirituel), Querida Amazonia propose une approche intégrale qui vise à ne pas séparer l’engagement social de l’évangélisation. (…) Le synode sur l’Amazonie explicite et traduit en actes et en mots cette connexion intime lien entre le social et le spirituel (…). L’inculturation est l’axe central et le défi premier pour l’Église en Amazonie : « Cette inculturation, étant donné la si

tuation de pauvreté et d’abandon de nombreux habitants de l’Amazonie, devra nécessairement avoir une odeur fortement sociale et se caractériser par une défense ferme des droits humains, en faisant briller le visage du Christ qui « a voulu s’identifier par une tendresse spéciale avec les plus faibles et les plus pauvres ».[107]

Un appel à élargir notre champ de vision pour sortir du cléricalisme en inventant

En ne se prononçant pas directement sur les questions des Viri Probati et du diaconat des femmes, le Pape François, il me semble, invite à regarder la situation actuelle des ministères dans l’Église avec d’autres lunettes et ouvre de vraies pistes pour aller de l’avant. En effet, nous sommes actuellement dans une situation paradoxale alimentée par deux courants différents :

  • (…) une conception cléricale qui distingue nettement le clergé des laïcs conduisant à penser l’avenir de la ministérialité de l’Église à partir du modèle de l’ordination ;
  • (…) une vision ecclésiale du Peuple de Dieu qui met au centre la vocation baptismale et l’appel commun à la sainteté.

On connait dans de nombreux pays l’émergence d’un nombre croissant de laïcs en responsabilité ecclésiale, dont de nombreuses femmes, ce qui a introduit une réelle nouveauté dans le « système ministériel de l’Église ». Pour le Pape François cette réalité est un appel à la créativité pour chercher de nouvelles voies en sortant de nos schémas préconçus.

Cela implique une recherche ensemble, un discernement, une église synodale. Cela requiert d’élargir notre champ de vision, de sortir de nos catégories habituelles, dans la foi que l’Esprit déjà à l’œuvre guidera l’Église entière et ses pasteurs.

Sœur Nathalie Becquart

Église universelle

Message du pape pour le Carême 2020

« Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2Co 5, 20)

 

Le Mystère pascal, fondement de la conversion

La joie du chrétien découle de l’écoute et de l’accueil de la Bonne Nouvelle de la mort et de la résurrection de Jésus : le kérygme. Il résume le Mystère d’un amour « si réel, si vrai, si concret qu’il nous offre une relation faite de dialogue sincère et fécond » (Exhort. ap. Christus vivit, n. 117). (…)

La Pâque de Jésus n’est pas un événement du passé : par la puissance de l’Esprit Saint, elle est toujours actuelle et nous permet de regarder et de toucher avec foi la chair du Christ chez tant de personnes souffrantes.

Urgence de la conversion

(…) L’expérience de la miséricorde n’est possible que dans un ‘‘face à face’’ avec le Seigneur crucifié et ressuscité. Un dialogue cœur à cœur, d’ami à ami. C’est pourquoi la prière est si importante en ce temps de Carême. Avant d’être un devoir, elle exprime le besoin de correspondre à l’amour de Dieu qui nous précède et nous soutient toujours. En effet, le chrétien prie tout en ayant conscience d’être aimé malgré son indignité. La prière peut prendre différentes formes, mais ce qui compte vraiment aux yeux de Dieu, c’est qu’elle creuse en nous jusqu’à réussir à entamer la dureté de notre cœur, afin de le convertir toujours plus à lui et à sa volonté.

En ce temps favorable, laissons-nous donc conduire comme Israël dans le désert. Ne laissons pas passer ce temps de grâce en vain, dans l’illusion présomptueuse d’être nous-mêmes les maîtres du temps et des modes de notre conversion à lui.

La volonté passionnée de Dieu de dialoguer avec ses enfants

Le fait que le Seigneur nous offre, une fois de plus, un temps favorable pour notre conversion, ne doit jamais être tenu pour acquis. Cette nouvelle opportunité devrait éveiller en nous un sentiment de gratitude et nous secouer de notre torpeur. Malgré la présence, parfois dramatique, du mal dans nos vies ainsi que dans la vie de l’Église et du monde, cet espace offert pour un changement de cap exprime la volonté tenace de Dieu de ne pas interrompre le dialogue du salut avec nous. (…)

Une richesse à partager et non pas à accumuler seulement pour soi

Mettre le Mystère pascal au centre de la vie signifie éprouver de la compassion pour les plaies du Christ crucifié perceptibles chez les nombreuses victimes innocentes des guerres, dans les atteintes à la vie, depuis le sein maternel jusqu’au troisième âge, sous les innombrables formes de violence, de catastrophes environnementales, de distribution inégale des biens de la terre, de traite des êtres humains dans tous aspects et d’appât du gain effréné qui est une forme d’idolâtrie.

Aujourd’hui encore, il est important de faire appel aux hommes et aux femmes de bonne volonté pour qu’ils partagent leurs biens avec ceux qui en ont le plus besoin en faisant l’aumône, comme une forme de participation personnelle à la construction d’un monde plus équitable.

J’invoque l’intercession de la Très-Sainte Vierge Marie pour ce Carême à venir, afin que nous accueillions l’appel à nous laisser réconcilier avec Dieu, pour fixer le regard du cœur sur le Mystère pascal et nous convertir à un dialogue ouvert et sincère avec Dieu. C’est ainsi que nous pourrons devenir ce que le Christ dit de ses disciples : sel de la terre et lumière du monde (cf. Mt 5, 13-14).

François

Donné à Rome, près de Saint Jean de Latran,

7 octobre 2019,

Fête de Notre-Dame du Rosaire.

Officiel

Prêtres et diacres jubilaires en 2020 – Erratum

  • 75 ans de sacerdoce

Père François VAXELAIRE ( ordonné en 1945)

  • 60 ans de sacerdoce

Père Claude NICOLAS (1960)

Père Henri PETIPAS (1960)

Père Étienne ROLLET (1960)

  • 50 ans de sacerdoce

Père Joël MORLET (1970)

  • 25 ans de sacerdoce

Père Gaspard KOMISER (1995)

Père Claude VIGNIER (1995)

Bienvenue à David Bonnetain

Le diocèse souhaite la bienvenue à David Bonnetain (39 ans), du diocèse d’Autun, diacre en vue du sacerdoce, qui arrive en stage dans l’espace missionnaire de la Brie pour plusieurs mois, en accord avec son évêque, Mgr Benoit Rivière. Il réside à Sézanne.