Message du vendredi 27 novembre 2020 

Chers amis du diocèse de Châlons, 

Dans mon communiqué rendu public hier, sur les ondes de RCF aujourd’hui et comme beaucoup d’évêques l’ont fait, j’ai redit fermement mon incompréhension devant une mesure absurde consistant à limiter nos assemblées à 30 personnes sans tenir compte de la taille des églises. 

Mon premier souci n’est pas de me battre avec les pouvoirs publics, mais votre bien spirituel en ce début d’Avent, et l’édification du Corps du Christ. Le président de la Conférence des Évêques de France a déposé ce matin un nouveau recours en référé-liberté devant le Conseil d’État avec le ferme espoir que le droit nous donne raison contre cette discrimination qui frappe toutes les religions. 

Réunis hier en visio-conférence avec moi, les prêtres en paroisse ont fait le choix de démultiplier les propositions de messes dans toutes les paroisses. Je les autorise exceptionnellement à célébrer 3 ou 4 messes le Dimanche, et même 5 s’il le fallait, jusqu’à nouvel ordre. Je veux saluer ici leur immense générosité et leur dévouement à votre service. Vous trouverez sur le site du diocèse chalons.catholique.fr et sur nos réseaux sociaux la liste complète des messes programmées. Dans certaines paroisses, un système d’inscription préalable est mis en place, dans d’autres non.  

Pour des raisons sanitaires, je demande à toutes les chorales de s’abstenir jusqu’à nouvel ordre, tant pour les répétitions que pour les célébrations. Un chantre pourra favoriser le chant de l’assemblée, mais toutes les messes ne pourront pas être chantées. 

En ce qui concerne le chiffre de 30 personnes, nous veillerons à le respecter au mieux, sans jouer non plus aux auxiliaires de police intransigeants, et en tenant compte de ce que j’ai entendu moi-même à la radio de la bouche même d’un ministre chargé des PME-TPE, et donc des commerces : un couple vaut pour une personne, et une famille entière vaut pour une personne. Je vous invite donc à venir en couple, et en famille nombreuse ! 

Il pourra arriver que l’un ou l’autre d’entre vous se heurte à l’entrée d’une église dont la jauge sera ainsi atteinte. Je vous demande instamment de réagir pacifiquement et charitablement. Peut-être ne pourrez-vous pas participer à la messe que vous aviez retenue parmi les différentes possibilités. Je vous remercie d’accepter de vous rendre à une autre messe et de ne laisser place à aucune contradiction entre votre comportement et votre participation à l’assemblée des fidèles et à la communion eucharistique. 

La messe du Dimanche est une prescription de l’Eglise conformément au 3è commandement de Dieu. Toute cette épreuve ne pourra que nous aider à redonner tout son sens au Jour du Seigneur et à la participation à la messe qui, comme je le dis souvent aux confirmands, n’est pas obligatoire mais vitale. Ceci dit, dans les circonstances particulières du moment, je rappelle que les prêtres célèbrent la messe en semaine (il leur est fortement recommandé de célébrer quotidiennement). Profitez de ce temps de l’Avent pour y participer davantage afin d’accueillir vraiment le Seigneur qui vient, et de ne jamais laisser les prêtres seuls pour célébrer. 

Je vous rappelle que le confinement est toujours de rigueur : les repas festifs et moments conviviaux, les réunions et autres rassemblements ne peuvent se tenir. Dès réception d’informations plus précises pour les activités avec les jeunes (catéchèse et aumônerie), elles vous seront transmises. Il est toujours possible de célébrer des messes avec 30 enfants ou jeunes… 

Enfin, je souhaite redire combien le Seigneur, s’il est réellement présent dans le pain et le vin consacrés, l’est aussi dans sa Parole, et dans le plus petit d’entre nos frères. Beaucoup d’angoisses et de détresses se font entendre. Les morts économiques et sociaux seront certainement plus nombreux que les morts du Covid. Les chrétiens que nous sommes avons vocation à travailler au cœur du monde pour que la fraternité ne soit pas un vain mot. L’Eucharistie sera notre nourriture. Mais nous ne pouvons pas en conscience en rester à la participation à la messe et à la communion.  

Je vous souhaite un beau temps d’Avent, vécu dans la paix et l’espérance. 

Que Dieu vous garde et vous éclaire. 

+François Touvet 
Évêque de Châlons