Edito de la quinzaine du 18 février 2018

Le chemin de la perfection.

” L’appel à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité s’adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur rang et leur état “ (concile Vatican II, Lumen Gentium 40). Nous sommes tous appelés à la sainteté, quels que soient le lieu, l’époque et notre propre situation, c’est un commandement du Christ : ” Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ” (Lv 19,2 / Mt 5, 48).

Cette union toujours plus intime avec le Christ est appelée “union mystique “, parce qu’elle participe au mystère du Christ par les sacrements – ” les saints mystères ” – et, en Lui, au mystère de la Sainte Trinité.

Durant le carême, nous portons d’une manière très particulière dans notre prière ceux qui vont recevoir le sacrement du baptême, ceux qui vont être unis au Christ en participant à sa mort et à sa résurrection. Nous portons également tous ceux qui vont se confesser et particulièrement ceux qui ont des confessions difficiles à réaliser. Tous nous sommes appelés à vivre cette union mystique avec le Christ lors de ce carême.

Enfin, le chemin de la perfection passe par la croix. Il n’y a pas de sainteté sans renoncement et sans combat spirituel (cf. 2 Tm 4). Le progrès spirituel implique l’ascèse et la morti-fication qui conduisent graduellement à vivre dans la paix et la joie des béatitudes (Catéchisme de l’Eglise Catholique parag 2015)

Celui qui monte ne s’arrête jamais d’aller de commencement en commencement par des commencements qui n’ont pas de fin. Jamais celui qui monte n’arrête de désirer ce qu’il connaît déjà (cf st Grégoire de Nysse

By | 2018-02-16T18:30:20+00:00 février 16th, 2018|Edito|0 Comments