«Il n’existe pas une personne qui n’a pas en elle quelque chose de bon. C’est ce que regarde Jésus pour sortir cette personne du mal». Lors de la catéchèse de ce dimanche 30 octobre 2016, le Pape invite à se comporter comme Jésus qui interpelle Zachée pour qu’il l’invite en sa demeure, c’est-à-dire à «montrer sa valeur à qui se trompe, cette valeur que Dieu continue à voir malgré toutes les erreurs commises». Cela peut provoquer une surprise positive qui attendrit le cœur et pousse la personne à donner le meilleur d’elle-même assure François. «C’est en ayant confiance en l’autre que celui croît et change».

Le devoir suprême de Jésus

Le Pape commente l’Évangile de Luc, lorsque Jésus est accueilli par la foule en entrant à Jéricho. Curieux, Zachée, le chef des publicains qui collectaient les impôts pour le compte des Romains, se hisse sur un arbre pour apercevoir Jésus. Quelle n’est pas sa surprise quand Jésus s’arrête au pied de l’arbre et lui demande de descendre pour pouvoir l’accueillir chez lui. La foule murmure. Peut-être aurait-elle aimé entendre Jésus «régler des comptes» avec ce «traître du peuple». Mais ce n’est pas le comportement de Jésus, dont le «devoir suprême est d’accomplir le dessein du Père pour toute l’humanité, la condamnation à mort, la crucifixion, et le troisième jour la résurrection». Dans le dessein de salut du Père miséricordieux, il y a également le salut de Zachée.

«Il ne voit pas le mal passé, mais entrevoit le bien futur» 

Jésus, guidé par la miséricorde, cherchait Zachée. Le Pape encourage chacun à faire comme Jésus, à avoir un regard qui va «au-delà des péchés et des préjugés». Il regarde les personnes avec les yeux de Dieu. «Il ne voit pas le mal passé, mais entrevoit le bien futur». Jésus ne se résigne pas aux fermetures, mais il ouvre toujours de nouveaux espaces de vie ; il ne s’arrête pas aux apparences, mais regarde les cœurs blessés par le péché et s’y arrête, assure le Pape.
«Parfois, nous cherchons à corriger ou à convertir les pécheurs pour les réprimander, en leur renvoyant leurs erreurs et leurs comportements injustes au visage», mais le comportement de Jésus montre un autre chemin, explique le Pape. «Montrer sa valeur à celui qui se trompe, cette valeur que Dieu continue à voir malgré toutes les erreurs commises». Cela peut provoquer une surprise positive qui attendrit le cœur et pousse la personne à donner le meilleur d’elle-même assure François. «C’est en ayant confiance en l’autre que celui croît et change». Le Pape souligne qu’il «n’existe pas une personne qui n’ait pas en elle quelque chose de bon. C’est ce que regarde Jésus pour sortir cette personne du mal». «C’est en ayant confiance en l’autre que celui croît et change». François demande l’intercession de la Vierge pour qu’elle nous aide à voir la bonté des personnes que nous rencontrons tous les jours pour que tous soient encouragés à faire émerger l’image de Dieu imprimée dans leur cœur.

(MD)

(Tratto dall’archivio della Radio Vaticana)